Sandrine Bertrand alias GDTSB

Interview de Sandrine Bertrand alias @GDTSB

Vue que c’est la première je prends 2 secondes pour vous expliquer le principe : cette interview a pour but de traiter de seo et de philosophie… Whaouu applaudissements, cris, foule en folie !!!

Foule en folie

Non plus sérieusement, le but est de faire participer à l’écrit des SEO pour leur esprit critique sur leur propre métier, Google, et le web en général.

J’ai choisi l’écrit parce que cela laisse plus le temps à la réflexion.

Pour cette première interview écrite j’ai choisi Sandrine Bertrand, alias GDTSB. Vous imaginez bien que ce n’est pas par hasard !

Sandrine fait partie des personnes qui ont du caractère et qui font preuve de recul par rapport au web, nous avons eu l’occasion d’en discuter assez longuement lors de la soirée du Teknseo 2014 : Le web il y a 10 ans, le web maintenant, le futur du web…

Cette interview a été réalisée en 2 fois car en fonction des premières réponses j’ai eu envie de poser d’autres questions pour aller plus loin.

L’interview de Sandrine

Sandrine à la plage ahoum tchatchatcha

@Doeurf : Petite présentation même si la plupart des lecteurs te connaissent ?

@Sandrine : Bonjour, Je m’appelle Sandrine Bertrand, connue sous le pseudo gdtsb sur twitter et ailleurs, je fais du référencement depuis 2001.
J’ai travaillé en agence, chez l’annonceur et en indépendante.
J’enseigne également le référencement aux classes des Webmasters de Saliège (Toulouse) en présentiel et en ligne

@Doeurf : Qu’est-ce qui t’a motivé en 2001 pour prendre ce chemin ?

@Sandrine : A l’époque on m’a posé le dossier  » référencement » sur un coin du bureau en me demandant de trouver des infos sur ce sujet.
J’ai trouvé un fournisseur, plein d’infos et quand les premiers tests ont été concluants. Ca m’a plu et j’ai continué !

@Doeurf : Qu’est-ce qui te motive maintenant dans notre métier ?

@Sandrine : Le changement, la remise en question quasi permanente et toujours « le jeu » . Tester des nouveautés ou re-tester des anciennes techniques soi-disant obsolètes. La partie du métier que j’aime aussi c’est la découverte de nouvelles thématiques, de nouveaux métiers que l’on ne connait pas forcément.

@Doeurf : A l’heure du flicage et du dégommage en règle as-tu une petite bafouille à donner à propos de big G ?

@Sandrine : Le droit de vie et de mort de Google sur les sites internet me gènent de plus en plus tout comme sa collecte de données personnelles à outrance.
Si on replace tous les éléments dans un roman d’anticipation, le ton serait très sombre, mais la prise de conscience des utilisateurs est inexistante et tant que ces derniers se borneront à penser « qu’ils n’ont rien à se reprocher » Google n’est pas près de changer de comportement.

@Doeurf : Ils dégomment des sites certes, c’est gènant certes, mais ça c’est en tant que SEO, si tu te place en tant qu’utilisateur, as-tu vu une différence majeure, ou même une différence tout court depuis?

@Sandrine : Franchement non, pire sur certaines thématiques à titre perso j’ai piqué de grosses colères car les seules sites qui sortaient c’était les MFA !! Le comble ! Faites des recherches sur des fenêtres, une fois les gros  sites visités ( leroy merlin, casto …) il ne reste rien ! Des Sites blindés de pub, des contenus scrappés et toi pauvre internaute, tu n’as toujours pas ton info !
Alors les grands discours de Google sur la qualité de l’index … je ne pense pas grand chose de bon.

@Doeurf : Penses-tu que cela pourrait être l’arbre qui cache la forêt ?

@Sandrine : Aujourd’hui le moteur de recherche est une des activités de Google, même si c’est encore celle qui lui rapporte le plus d’argent, quand on regarde les acquisitions qui sont faites, Google veut clairement avoir l’oeil partout ! J’espère que l’usage ne sera que pour vendre de la publicité ciblée ! Si pour une raison ou pour une autre Google dérape, on finira dans une dictature numérique à l’américaine, ce qui n’a rien de très réjouissant

@Doeurf : En quelques mots qu’est-ce que le référencement pour toi ?

@Sandrine : Le référencement c’est l’art et la manière de donner une visibilité qualifiée à un site internet

@Doeurf : Que dire de la communauté SEO d’aujourd’hui ?

@Sandrine : Elle est tendue mais au vue du contexte et de l’ambiance générale que google véhicule cela ne me semble pas très étonnant.
Dans l’idéal il faudrait se serrer les coudes en se regroupant loin des yeux de google mais ca c’est au pays des bisounours … ou sur skype avec quelques uns. 😉

@Doeurf : White hat, black hat blabla ou pas ?

@Sandrine : Oui et non, par définition googlienne aucun de nous n’est white, partant de ce constat les bagarres qui suivent n’ont que très peu d’intérêt.
C’est rassurant cette vision manichéenne de notre petit monde
Par contre juger de la qualité des gens en fonction de leur étiquette et en collant des adjectifs aussi crétins que mafieux ou autre malfaisants divers, cela me met toujours hors de moi ! Oui j’ai encore fait un article sur mon blog pour défendre les BH simplement par ce que je ne pense pas que l’on puisse impunément tenir ce genre de propos.
Les BH sont des mafieux ! ou Toutes les femmes sont des s*** ! C’est tout aussi con et réducteur et ca me met en colère à chaque fois.

@Doeurf : Qu’est-ce que du SEO de qualité pour toi ?

@Sandrine : Je peux répondre basiquement, une bonne opti on site, du contenu de qualité et des backlinks posés sur des supports de la même thématique, en réalité je pense plutôt que si les objectifs sont atteints, le travail effectué est de qualité, que ce soit du long terme, très propre ou du très rapide très sale du moment que le but est atteint

@Doeurf : Un petit mot sur ta philosophie d’optimisation onsite ?

@Sandrine : Dans l’idéal, j’aime quand les erreurs sont corrigées, le DUST réglé, les js et les css bien rangés, des titles parlants, des descriptions engageantes, des microformat bien écrits et judicieusement placés, du contenu intéressant pour l’internaute et hiérarchisé à sa juste valeur … mais ca c’est au pays des bisounours …
Avec les clients on est obligé de trouver des compromis entre les budgets, les capacités du client en interne etc … Forcément entre les préconisations et leurs mises en place on a toujours un écart plus ou moins important et plus ou moins frustrant.

@Doeurf : Un petit mot sur ta philosophie du netlinking ?

@Sandrine : Si on veut rester dans la catégorie « propre », il faut penser internaute. J’essaye à chaque fois que je pose des liens de me poser la question : est ce qu’un internaute va voir ce lien et est ce qu’il va cliquer dessus ? Je sais que si je réponds oui, ce lien devrait passer sans problème aux yeux de google et des quality raters.
Cependant en fonction de ce que je suis en train de faire, il m’arrive aussi des poser des liens très discutables

@Doeurf : Quelque chose à dire à propos des réseaux sociaux ?

@Sandrine : Avoir des réseaux sociaux bien choisis et communiquer dessus de façon régulière permet d’envoyer des signaux positifs. Par contre faire un lien sur facebook en espérant que cela va faire ranker un site, je n’y crois toujours pas.
Il faut voir les réseaux sociaux dans un cadre plus général que strictement pour le référencement: cela va améliorer la notoriété, conforter la décision de conversion, consolider la e-reputation, augmenter le capital sympathie de la marque … etc  Au final cela ne va pas améliorer le seo mais cela va amener des signaux positifs qui eux vont aider le SEO. Une histoire de causalité et de corrélation comme diraient certains.

@Doeurf : Dans ta boule de cristal ou va big G ?

@Sandrine : La boule de cristal optimiste voit un acteur du marché internet incontournable, innovant, qui devient indispensable dans le quotidien de tous les internautes.
La boule de cristal pessimiste voit 2 gars qui ont rêvé quand ils étaient petits de devenir « maître du monde » et qui sont en train d’y arriver ! Je vois des choses sombres, du flicage, de la censure, des punitions, une e-dictature en quelque sorte.

@Doeurf : Enfin, quel avenir donnes-tu au métier de SEO ?

@Sandrine : Google évolue, les comportements internautes évoluent, nous nous devons d’évoluer, notre métier est tout sauf mort : plus technique, plus pointu, plus réfléchi mais sans aucun doute encore plus intéressant.

@Doeurf : Si tu te remets dans le web que tu as connu en 2001 qu’espérais-tu de « lui » ?

@Sandrine : En 2001, le web avait un côté magique, j’espérais un nouveau média « populaire » où tout le monde pourrait s’exprimer en toute liberté, où l’accession à la connaissance devenait possible quelque soit son milieu socio-culturel.

@Doeurf : Que pense tu du web de 2014 ?

@Sandrine : Entre pubs, flicages, censures et fausses informations, on est un peu loin de ce que j’ai pu espéré, cependant cela reste encore un média très intéressant, nous avons accès facilement à de nombreuses ressources et nous arrivons à trouver des informations beaucoup plus rapidement .
Les dernières recherches « perso » que j’ai fait m’auraient demandé plusieurs heures, des déplacements … sans certitude d’obtenir l’information gratuitement. Il ne faut pas voir tout en noir !

@Doeurf : Qu’imagine tu du web qui nous attends ?

@Sandrine : J’imagine une société ultra connectée, où tout transitera par la toile. Le web encyclopédique et/ou informatif deviendra « has been » un peu comme les encyclopédie dans les bibliothèques. Nos profils décortiqués permettront des publicités ultra ciblés en fonction de nos revenus, des nos catégories socio professionnelles. Le web du futur va surement remettre en place les barrières socio culturelles, si ce n’est pas déjà fait.

@Doeurf : Et enfin (on en avait longuement parlé au teknseo 2014) web et générations futures sont dans le même bateau, à quoi pense-tu ? Que voudrais-tu changer ? Qu’est-ce que tu leur conseille ?

@Sandrine : Ma crainte pour les générations futures c’est le manque de recul dont ils font preuve. Je l’ai « lu sur facebook » devient un gage de fiabilité. Le manque d’éducation de nos enfants envers ce média est catastrophique: Autant les parents savent dire aux enfants de bien se tenir en société autant ils sont incapables de leur demander la même chose sur le web. Mais personne n’a éduqué les parents, c’est compliqué pour eux de transmettre cela à leurs enfants.
J’aimerais une vraie éducation « internet » dans les écoles. Apprendre à nos enfants à ne pas croire tout ce qu’ils lisent bêtement, leur apprendre à gérer leurs e-réputations et pas simplement leur bourrer la tête avec les méchants pédophiles du journal de 20h !
Le conseil : tourner 7 fois vos doigts au dessus du clavier avant de « partager »  et de publier du contenu 😉

@Doeurf : Ta conclusion en tout liberté

@Sandrine : Merci de m’avoir invitée !

@Doeurf : Mais c’est moi qui te remercie de t’être prêtée au jeu !

Si vous ne le faites pas encore et que vous souhaitez suivre Sandrine :

Son blog : http://gain-de-temps.com/blog/

Son compte Twitter : @GDTSB

9 réflexions sur “ Interview de Sandrine Bertrand alias @GDTSB ”

  1. Sur la philosophie du netlinking si on doit a chaque fois poser des liens utiles pour l’internaute ont va pas allez très haut imo. Genre la mon site de signature ne sera pas utile pour vous mais pour GG ca devrait passer. Bisous à vous 2 Doeurf et Sandrine 😉

  2. « J’aimerais une vraie éducation « internet » dans les écoles.  » 100% d’accord avec toi. Cela me déprime de voir les jeunes (du même âge que le mien) avoir une utilisation de facebook déprimante sans conscience des risques. Ils sont trop crédule et ne vois pas le mal derrière les choses. Qui sais un jour tu fera cour a des jeunes sur ces risques. C’est pas pour rien qu’on t’appelle « Maîtresse GDTSB ».

    Cordialement,
    Le dragueur de blogueuse

  3. L’éducation des utilisateurs, qu’ils soient enfants, ados, adultes ou séniors, est une tâche très ardue, mais qui doit finir par payer. J’ai quand même moins de chaînes d’email « faire passer à tout ton carnet d’adresses pour sauver le petit Lilian du CHU de Rouen » qu’en 98… Il convient de rester vigilant, car le web « bisounours » des années 2000 et bien derrière nous.

  4. J’aime bien cette philosophie pragmatique et me semble-il partagée par beaucoup d’acteurs du métier.
    Je travaille sur des thématiques autour de l’esthétique, de la santé et moi aussi j’ai envie que mes campagnes soient faites pour du clic d’adhésion mais bien évidemment les exigences des clients finaux et la concurrences des enseignes oblige à des pratiques plus équivoques.
    A part ça, sympa cette idée d’un site consacré à la prise de recul sur notre métier. Je crois sincèrement que l’être seo est une combinaison plus ou moins harmonieuse entre un littéraire dans son goût d’écrire et de donner du sens à ce qu’il fait et un technicien toujours en recherches de règles et de procédures itératives.
    Un curieux, un diplômé et un autodidacte absolu, un anxieux et en même temps un battant.

  5. Hello,
    Sympa l’interview !
    Bien d’accord – entre autres choses – avec l’éducation des enfants au sujet des réseaux sociaux… les dérives sont assez inquiétantes !
    @Doeurf : chaud à lire le site sur mobile, non ?
    Bizz à tous les 2

  6. Que je suis d’accord avec tout ceci Sandrine…
    Je rêve du jour où on aura trouvé la façon de faire tomber GG … Je savourerai, t’as pas idée 😉

  7. Tres bien cet interview… un peu sombre meme si Sandrine n’a pas tout a fait tort (malheureusement).

    Je suis tout a fait d’accord au niveau de l’education web des enfants – c’est un sujet sensible ici au canada ou le e-bullying est devenu un vrai phenomene de société depuis la mort malheureusement de 2 jeunes filles e c’est un sujet qui me tiendra a coeur avec le mien (de petit)

    1. Derien Fabien. J’avoue ne pas avoir pris le temps de faire un beau site qui claque et qu’on peut lire aux toilettes tranquille avec son smartphone. J’ai pourtant fait l’effort cet après-midi d’installer WP touch mais il semblerai que cela ne suffise encore pas pour certains. Je regarderai cela quand j’aurai un peu plus de 24h par jour les amis 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BL en follow (pseudo@ancre), n'abusez pas sinon panpan